La conscience, un outil qui n’est pas des moindres

Souvent on entend parler de magie mentale, de conscience, d’éveil et d’autres choses bien abstraites qui font baver bien des curieux. Et si on essayait de comprendre ensemble?

Prendre conscience, c’est aussi simple que de le dire.

Vous lisez actuellement, mais si vous lisez en vous concentrant sur le fait même de lire et non plus sur l’information que vous lisez, on peut dire que votre lecture est consciente. La respiration consciente et bien d’autres méditations s’appliquent sur ce principe (, à lire, vraiment), c’est ce que j’appelle la conscience de première couche:

On fait les choses en s’appliquant sur nos actions et sur les sens que ça éveille, les émotions que ça suscite et on refait mille et une fois chaque geste en l’attente de découvrir les choses sous un nouveau jour. C’est, à mon avis, la meilleure façon de travailler son corps astral, puisqu’on fait le lien entre une action physique et les émotions que ça nous procure.

En connaissant et en ayant conscience de vos émotions, vous pouvez à terme les « reproduire« . Chaque chose ayant une emprunte, chaque émotion en a une, une vibration qui lui est propre, chaque fois que l’émotion suscitée (la colère par exemple) se présente, l’analyse de son emprunte vous permet de reproduire cette même émotion à votre guise (dans un monde parfait où vous maîtrisez parfaitement votre corps émotionnel).

La conscience de seconde couche consiste à analyser son flux cognitif lors de divers évènements (un évènement mathématique est la présentation d’une situation lambda) afin de connaitre sa cognition et d’en expanser les limites. Tout ce dont vous prenez conscience ne fait plus partie de l’automatisme de l’inconscient, qui lui, s’emplit à chaque seconde de toute chose qui vous entoure et vous constitue. Tout comme le corps astral (émotif), le corps mental a son intérêt à être compris et maîtrisé (mémoire, communication, cognition plus rapide et plus efficace).

Un corps mental maitrisé s’exprime par concepts, vous ne pensez plus les mots, vous ne pensez plus les émotions, l’information est assimilée et conservée sous formes de schémas énergétiques.

Les mêmes schémas, de chacun d’entre nous sur terre (comme ailleurs), sont tous liés et retranscrits dans un plan qu’on appelle les annales akashiques, elles déterminent les liens entre chaque chose, les archives de Tout.

Avoir accès a ces annales est la preuve d’une maîtrise et d’une acceptation totale de tout ce que la conscience représente pour nous. Avoir conscience de soi, avoir évacué nos noeuds émotionnels, réglé nos conflits intérieurs et appris à supporter notre inconscient et s’en servir. C’est donc l’éveil sur le monde.

L’éveil, c’est quoi?

L’éveil c’est une sensation de découverte constante, même si on connait déjà telle sensation, telle émotion, on continue à s’interroger à son sujet (Socrate était connu pour ça, mais comme il avait pas des seins sylliconés et un « allo quoi », ben on lit pas trop ce que platon en dit, c’est un peu dommage). Chaque chose est soumise à une question et la réponse est toujours relative, elle dépend de votre conscience et donc de votre passé, des informations qui constituent votre bagage émotionnel, culturel et ce que vous en faites et en avez fait. En fait, c’est faire passer toujours des informations (énergie) du coté inconscient au coté conscient.

C’est quoi le rapport avec les annales akashiques alors?

Les annales akashiques, elles fonctionnent ainsi. Je fais personnellement des lectures akashiques et je ne parlerai qu’en mon nom à partir de maintenant. Lors d’une « ballade » dans les annales akashiques, l’égo (l’inconscient actif, nos pactes personnels et autres accords que l’on passe, comme les codes sociaux, ce qu’on souhaite personnellement) n’a pas sa place, il faut être en état d’éveil pour y accéder. Il faut avoir conscience des lois universelles pour comprendre les choses telles qu’elles sont et non comme on peut nous les montrer au quotidien, alors votre cerveau se connecte aux annales et vous avez une multitude de réponse qui vous parvient pour chaque question que vous vous posez.

Pour illustrer, je vous propose ma propre expérience d’une lecture akashique qui nous concerne à tous.

Je ferme les yeux et admets chacune des lois universelle que je m’énumère dans un murmure, la loi de l’emprunte, la loi d’attraction, la loi d’expansion, la loi d’interaction, la loi d’équilibre et j’observe ma cognition intéragir entre ces principes. Tout ce qui contredit ces lois est mensonge ou manque de perception. Je m’interroge consciemment sur la circulation énergétique dans un corps, je vois clairement un schéma des corps éthériques qui intéragissent avec les corps physiques des deux personnes qui discutent devant moi. Comment intéragissent-ils? Une émotion survient de l’astral pour se matérialiser en énergie éthérique, il s’agit de la retenue. Ce corps semble vouloir dire quelque chose à son interlocuteur mais son inconscient le lui interdit pour des raisons morales, elles, conscientes. Alors l’information est d’abord consciente (coronal) puis analysée (3e oeil) puis exprimée non verbalement (gorge) par un micro geste, puis appréciée ou non (coeur), elle interroge notre morale, issue de l’égo, (plexus solaire), elle est ressentie (sacré) et enfin admise comme une vérité ou non (racine), les conséquences s’enchainent, cette information est plus complète qu’à son entrée dans le corps éthérique, elle remonte donc. Elle est donc admise comme une vérité (racine), ressentie à nouveau (sacré), mentalisée elle interroge la volonté (plexus solaire) et appréciée (coeur), elle ne s’exprimera pas (gorge), sera analysée à nouveau (3e oeil) et consciencisée ou gardée dans l’inconscient (coronal) pour repartir dans des plans supérieurs ou elle alimentera les corps plus subtiles et le lien psychique entre son corps et le corps de son interlocuteur pour finalement être conceptualisée et archivée dans les annales. C’est l’intéraction, une information est émise, admise, la réaction interne est admise et émise. Tout ceci c’est inconscient pour les deux personnes qui discutent devant moi.

La cognition est la suivante dans le corps mental du sujet:

La personne en face de moi me parle de sa relation avec son conjoint, je pense qu’il n’est pas sincère avec elle, ça se voit, je devrais lui dire, je n’aime pas cette idée, ca va à l’encontre de mes principes moraux, mais l’émotion que ça susciterait chez elle serait désagréable, c’est un fait. Ce fait, je ne suis pas obligée de lui faire ressentir, ça irait bien dans mes principes moraux puisque je ne lui ferais pas de mal donc je ne souhaite pas qu’elle le sache, cette conversation est plus facile ainsi je l’apprécie, je ne lui dirai donc pas, je vois qu’elle ne s’en doute pas, j’ai donc conscience qu’elle est ignorante et que ca ne lui déplait pas, c’est donc sur ça que je base ma discussion et donc ma relation avec elle. J’ai décidé de créer une interférence par la retenue.

Et la discussion:

-Il m’a offert des fleurs.
(Moment inconscient de circulation de l’énergie et donc temps de RÉACTION)
-Elles sont jolies?


 

Une lecture akashique, c’est chercher ces information là dans les annales, parce qu’elles y sont répertoriées, et en prendre conscience. L’éveil et la pleine conscience c’est voir tout cela, tout le temps, dans n’importe quelle situation et accepter que ce soit ainsi.

La conscience est donc un outil puisque tout ce que nous connaissons inconsciemment peut être utilisé à tout moment, mais aussi ce que nous ne connaissons pas, puisque toutes les information mentales, emotionnelles et physiques sont répertoriées dans une zone accessible à tous. Cette zone est simplement dans notre inconscient collectif.

C’est l’épargne énergétique planétaire, et notre conscience, c’est notre carte de crédit.

Laisser un commentaire