Mon Avis sur les Otherkins, Thérians et Trans-espèces

Suite à mon article donnant mon avis sur la justification ésotérique des Otherkins, je tiens à partager mon expérience avec cette communauté qui à mes yeux, est vraiment intéressante.

Origines de mon questionnement

La première chose que j’ai faite quand j’ai entendu le mot « Otherkin », c’est d’aller sur Wikipédia pour en savoir plus. Bien entendu, cela ne m’a pas suffi et je me suis donc inscrit à un forum français regroupant des Otherkins et des Thérians pour poser mes questions aux intéressés. La lecture de Wikipédia nous déroute très rapidement, surtout quand on commence à essayer de comprendre les origines d’un tel mouvement et qu’on lit :

Toujours au début des années 1990, des newsgroups tels qu’alt.horror.werewolves6 et alt.fan.dragons, sur Usenet, sont initialement créés pour que les fans de ces créatures se réunissent dans le contexte de la Fantasy, de la littérature et des films d’horreur, mais accueillent progressivement des personnes qui s’identifient comme des créatures mythologiques.

Dans notre cerveau d’ignorant, on comprend « ce sont des fans de Twilight qui ont perdu la boule ». Je n’aime pas catégoriser les gens ainsi, c’est pour quoi j’ai voulu en savoir plus. C’est surtout la phrase suivante qui m’a donné l’envie d’entrer en contact avec cette communauté :

Giuseppe Arcimboldo - Portrait aux poissons et aux coquillages

Giuseppe Arcimboldo – Portrait aux poissons et aux coquillages

Ils expliquent leurs croyances par la réincarnation (posséder une âme non-humaine), l’ascendance, une métaphore symbolique ou simplement un trouble psychologique.

Là, je me suis clairement dit « bien que leur croyance à l’air complétement folle, est-ce qu’elle est réellement si absurde que cela ? Qu’est-ce qui rend leur croyance plus absurde que celles des chrétiens avec leur vision du paradis ? Ce n’est pas parce qu’une croyance est impopulaire qu’elle est moins légitime qu’une autre, non ? ». De plus, je n’aime pas m’arrêter à un article Wikipédia assez critique à la base. N’y connaissant pas grand-chose aux phénomènes cités, je rentre dans l’Univers des Otherkins pour apprendre, comprendre et échanger sur les divers phénomènes ci-dessus. L’accueil fut chaleureux bien que je me rappelle avoir parlé plus que crument pour les « tester » un peu.

Dissociation entre Otherkin et Thérian

Je n’ai pas mis longtemps à comprendre que les Thérians et les Otherkins sont assez différents. Il faut bien comprendre que ces personnes ont des expériences différentes, des ressentis différents et donc des façons de penser, ou des théories différentes.

La communauté Otherkin justifie généralement son existence en s’inspirant de différentes théories ésotériques comme la clairvoyance, le voyage astral ou la réincarnation. Il est régulièrement question de l’âme. Herolie, une jeune femme Otherkin et fondatrice du forum que j’ai visité, nous parle de la dissociation entre son corps physique et de son âme sur son blog.

Je suis humaine avant toute chose, seulement mon âme est licorne et je ne pourrais vivre 100% comme une licorne.

De même, une interview d’une Otherkin vampire nous donne son avis sur les Otherkins.

Les Otherkin psychologique se sentent liés à une créature fantastique ou mythologique, ils s’identifient à elle par affinité mais n’ont pas de souvenir d’une vie antérieure, ou de communication avec elle. Les Otherkin spirituels, quant à eux, sont liés avec une créature fantastique ou mythologique par leur âme, leur vie antérieure ou les voyages astraux.

J’apprécie d’ailleurs la différenciation qui est faite entre les différents niveaux d’identification. En effet, pour moi, s’identifier à quelque chose ou à quelqu’un est très loin du fait de se considérer comme quelque chose ou quelqu’un. Beaucoup de personne se disant Thérians sont plutôt des personnes utilisant un animal totem pour développer des capacités sensorielles et physiques.

mi-homme mi-insecte

Illustration d’Igor Morski

Rencontre avec des Trans-espèces

En parallèle, on retrouve une communauté se dissociant du courant Otherkin et Thérian. Loin de toutes prétentions et de mysticismes, les Trans-espèces sont des personnes s’identifiant à des animaux divers et variés. Ils ne justifient pas leur identification par des thèses ésotériques. On peut effectivement lire sur le blog Azzioflammeus.

Rapidement, être une personne animale, c’est quoi ? C’est l’identification profonde, viscérale, spontanée et apaisante à un animal autre qu’humain. C’est le fait de se vivre au quotidien comme étant un animal ou une mixture d’animal et d’humain.

Elle met en avant que c’est la dysphorie qui provoque cette identification. Elle ne justifie pas son histoire, son identification animale par des manifestations ésotériques.

En effet, même si pour beaucoup d’entre vous ça peut paraître puéril à en mourir, il est possible de souffrir de dysphorie d’espèce, c’est à dire se sentir mal vis à vis de son corps humain, quelle qu’en soit la raison.

Un simple coup d’œil sur Wikipédia vous fera vite comprendre qu’on est bien loin de tout fait surnaturel.

La dysphorie […] désigne une perturbation de l’humeur caractérisée par un sentiment déplaisant et dérangeant d’inconfort émotionnel ou mental, symptôme de la tristesse, de l’anxiété, de l’insatisfaction, de la tension, de l’irritabilité, ou de l’indifférence.

Et le terme « trans-espèce » est né :

Y a un peu plus d’un an, j’ai commencé à utiliser le terme de « trans-espèce » pour me définir. Je ne voyais pas d’autre alternative, et il me fallait un synonyme à « personne-animale », pour éviter les répétitions dans mes textes. « Trans-espèce » sonnait bien à mon oreille, il induisait une idée d’aller « à travers l’espèce », dépasser, outrepasser l’espèce. L’alliance de l’humain et du non-humain. Je pensais pas que ça évoquerait à beaucoup de gens une idée de déni/dégoût de la nature humaine.

En cliquant sur « pour aller plus loin… » du blog de Azzioflammeus vous trouverez quelques blogs. Après avoir lu quelques articles, vous verrez bien la différence avec les discours des Otherkins ou des Thérians.

J’ai été enchantée de tenir des débats vraiment intéressants et complexes sur l’identification animale avec quelques trans-espèces.

L’Ambiance et les Échanges dans la Communauté

La Communauté que j’ai eu l’occasion de rencontrer été très libre. Aucun leader ou dictateur se faisait sentir, même bien au contraire. Une légère ambiance de chaos y règne, ce que je trouve tout à fait normal dans une communauté vivante et libre. On y trouve énormément de témoignages, de longs écrits décrivant la vie, les ressentis et les interrogations des membres. On y retrouve parfois de fortes critiques sur la société, sur l’incompréhension des autres face à leurs croyances. En effet, la communauté ayant souffert des nombreuses critiques a développé une haine des médias et du prêt-à-penser.

Les personnes extérieures considèrent généralement les croyances des Otherkins avec perplexité, sinon avec mépris. -Wikipédia

On comprend vite que les membres sont en constante introspection et n’aime pas cette société si loin de l’Humain, si loin des sensations. Pour moi, cela fait d’eux des personnes intéressantes, vivantes et très attachée à leur subjectivité. Voilà pourquoi j’ai eu plaisir à échanger avec eux.

Cependant, j’ai pu a de nombreuses reprises, constater que le débat n’était vraiment pas facile partout, surtout quant à la légitimité et à la justification de leur croyance. En effet, j’ai lu régulièrement des membres qui justifiaient leur croyance uniquement par des sensations, des visions, mais sans recherches théoriques et sans remise en question. La réincarnation est un phénomène très étudié par diverses religions et croyances et j’ai été assez déçue qu’aucun Otherkin ne puisse m’en parler de manière complète et approfondie pour essayer de théoriser leurs expériences. Dès que j’ai essayé d’avoir leur théorie sur ce qui leur arrive, j’ai été face à un blocage ou à une certaine agressivité. C’est pour cela que pour moi, un gros fossé se forme entre les personnes passionnées par l’ésotérisme, qui passent leur journée à lire et à comprendre des théories et à les remettre en question et entre ce type de communauté se reposant sur des sensations et des expériences subjectives.